On est bien toutes pareilles, il y a des jours où se lever pour aller au boulot est un brin plus dur que les autres jours. A certaines périodes, on court après le temps, on enchaine déplacements sur déplacements et c’est pas facile de conjuguer ses allers et venus avec du temps pour nous, pour la famille, les amis, pour prendre le temps de cuisiner le temps d’un week-end. On en vient même à être blasée de devoir « encore » repartir même si la destination prévue pour votre futur déplacement est Chypre…

Enfin bref, la réunion est importante et intéressante, et puis bon Chypre y a pire, alors hop je saute dans l’avion. Au premier abord, je suis un brin déçue (blasée je vous l’avais bien dit). Je m’imaginais Larnaca comme une jolie petite ville similaire à celles des îles grecques et pour être honnête ca ressemble plus à une ville balnéaire comme on en voit des 100n sur les côtes méditerranéennes. Mais ca aurait été bien stupide de s’arrêter à ce premier constat. Des petites perles se cachent partout au détour des rues : des églises et mosquées absolument splendides, des petits cafés remplis de smoothies aux fruits frais, des gens plus aimables les uns que les autres.

Je pars pour Nicosia rejoindre les 23 autres européens histoire de travailler un peu…. Nicosia est une petite ville fortifiée splendide, coupée en deux suite à l’invasion turque. Les soldats UN sont là, bien présents. La zone tampon est en plein centre ville et l’on peut traverser la frontière en certains points stratégiques ou les autorités turques délivrent des visas aux touristes. Ambiance hors du temps, si loin de nos petits tracas quotidiens. Le plus frappant est la gentillesse et la bonne humeur des Chypriotes, dont le regard s’assombrit dès qu’il est question des « territoires occupés » et pourtant des chypriotes d’origines turcs vivent aussi de ce côté, cohabitent avec les chypriotes grecques sans aucuns soucis et ils se sentent pour certains bien plus proches de ce melting pot chypriotes que de leurs lointains parents les turcs.

  

Il est vrai que la culture chypriote est riche de tous ses brassages culturels qu’elle a connu : les grecques, les byzantins, les vénitiens, les anglais, et j’en oublie pleins. Il en résulte une cuisine excellente, des vins délicieux et une culture de l’accueil que peu d’endroit procure.

Sous le charme de Chypre, oui en un sens, beauté des plats, beauté des gens…

  

Il ne faudrait tout de même pas oublié que Chypre est le berceau d’Aphrodite et que son empreinte est partout. Et là sur cette plage, pied nu sur les galets, le regard perdu dans la mer bleu azur, cheveux au vent, perdue hors du temps, une personne s’approche, soupire, « c’est beau n’est-ce pas ».

Difficile de répondre sans briser cette bulle temporelle. J’opine de la tête… L’homme me regarde et me dit « tu as raison de rêver face à ce spectacle, ta vie est devant toi… Tu es la dernière Aphrodite.. Ne l’oublie jamais ».

Peu importe qui je suis et à quoi je ressemble. Peu importe qui est cet homme. A cet instant, j’ai reçu le plus merveilleux des compliments.

Et de Chypre entre tout me restera cette petite bulle magique hors du temps d’avoir été la dernière Aphrodite…

Publicités