Recherche

Life si a crazy game…

Catégorie

Recettes testées

Faire soupirer les grimpeurs….

L’accord prévoit que je fasse le goûter de mes amis grimpeurs qui eux conduisent à tour de rôle. A peine les bonjours échangés, les yeux sont tournés vers la « boite à goûter »…certains conducteurs exigent même leur part pour démarrer. Ce rituel est partagé après la séance (en fonction de la quantité ayant survécu au voyage aller), et donne lieux à des regards parfois interloqués qui nous valent des fous-rires, des commentaires plus savoureux les uns que les autres en fonction de mes expérimentations. Cette fois-là, ce sont des soupirs…oui, des soupirs de plaisir qui ont accueilli les quelques parts restantes.

Carrés fraises-rhubarbe (d’après la recette de Cléa). 100g de farine (mélange petit épeautre, riz, lupin), 30g de son d’avoine, 40g de poudre d’amande, 30g de sirop d’agave, 70g de purée d’amande complète, 1 oeuf, 700g de fruits mélange de fraise et de rhubarbe, 4càs de sirop de fraise, 2g d’agar-agar. Préparer la pâte: mélanger la farine, le son, la poudre d’amande, le sirop d’agave, la purée d’amande et l’oeuf.  Tasser dans un moule à tarte (le mien fait environ 24cm) ou un plat carré. Faire cuire 20-25 minutes à 200°C. Préparer la couche aux fruits: Eplucher si besoin, et couper la rhubarbe en tronçons, laver et couper les fraises en morceaux. Commencer à faire cuire la rhubarbe à feu doux et à couvert pour qu’elle n’accroche pas (ne pas rajouter d’eau si possible, elle en rend beaucoup!). Quand la rhubarbe commence à être tendre, ajouter les fraises en petit morceaux. Laisser cuire toujours à couvert jusqu’à ce que les fruits soient en compote et la liquéfier au fouet. Ajouter le sirop, mélanger. Ajouter l’agar-agar et laisser bouillir 30 secondes. Verser cette préparation sur la pâte. Laisser refroidir à température ambiante avant de mettre au réfrigérateur. Servir froid découpé en petits carrés.

Puis écouter les soupirs donc…

Publicités

Mon petit monde dans une tarte…

Pimenter la partie peut se faire de différentes manières en fonction des jours: se dépasser avec un groupe de joyeux lurons (d’où certaines pensent que je perds le sens de l’essentiel) ou se lancer, enfin (et aprés de très longs mois d’observations gourmandes) dans un dessert crudivore en pensant à tous ceux qui construisent mon monde, et avec qui j’aurais aimé partagé ce dessert.

En préparant cette tarte, j’ai pensé à celle pour qui je perds le sens de l’essentiel quand je refuse de manger des kna..is, j’ai pensé à celle qui se creuse la tête pour cuisiner sans gluten, j’ai pensé à celle qui partage souvent mes marches et résiste obstinément à mes tendances vegan, j’ai pensé au seul aventurier qui l’est assez pour gouter mes tentatives culinaires. Ma cuisine était donc bien remplie et mon coeur bien au chaud.

La tarte en question est sans gluten, sans produits laitiers, et ne nécessite pas de four! Elle est en revanche trés gourmande et pleine de chocolat (et a eu un franc succès). La recette étant très joliment décrite sur le site d’Antigone XXI, je vous redirige vers la page de la tarte aux poires et à la crème de chocolat.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

** Je l’ai réalisée dans un moule à charnière (car n’ayant pas de moule à tarte de 28 cm); les parts étaient de ce fait assez copieuses…transformant la tarte plutôt en calibre « bon goûter avec un thé ou un café » que dessert de repas déjà copieux.

 

 

A la découverte du Patisson

IMG_7819

Ce week-end, de retour de déplacement, j’ai enfin décidé de prendre soin de moi. Et prendre soin de moi, ca passe par papoter deux heures avec elle, délirer avec lui, m’aérer en faisant du sport, aller voir mon petit fromager et faire mes courses en pensant à des recettes alléchantes, gourmandes, parce que prendre soin de moi c’est échanger, rire et savourer!

J’ai repensé à une recette de Patisson aux ravioles, thym et comté qu’elle m’avait envoyé il y a quelque temps provenant du blog de Sof vous invite. Et voilà, je me suis lancée!

La première étape, creuser le patisson, m’a demandé quelques temps mais j’y suis arrivée sans le trouer!

IMG_7822

Après c’est assez facile ça se fait tout seul, voilà le résultat en image. Evidemment je n’avais pas de comté, alors suivant son exemple, je l’ai remplacé par du vieux gouda. Je viens de me rendre compte que mon grill ne doit pas bien marcher parce que ça n’a pas du tout mais alors du tout gratiné!

IMG_7828IMG_7826

Je n’avais jamais gouté de patisson, donc je ne sais pas trop si le mien était bon ou pas. La texture était un brin filandreuse, mais le gout était super. J’ai peut-être mis un brin trop de ravioles, mais j’aime tellement ça!

IMG_7832

En résumé : recette parfaite pour une journée cocooning ou à partager sans modération!

Petites crèmes autrement appelées « dips » pour grimpeurs du dimanche, mais pas que…

Pour les marmousettes aussi (celle aux pois)…et pour tous les gourmands un peu curieux… Si vous cherchez des recettes pour faire parler quand vous étalez vos productions au milieu du pique-nique partagé du dimanche au pied des « falaises » (ou autre pique-nique, ou invitation, ou repas en famille….bref, vous saisissez le concept?): ces recettes sont pour vous!

Tartinade « de princesse » (parce que c’est une couleur qui plairait aux princesses et un goût au prince): Issue de l’Atelier bio  1 verre de graines de tournesol décortiquées, 1 pincée de sel, 1 pincée de cumin en poudre, 1/2 betterave crue. Fais tremper les graines de tournesol toute une nuit dans l’eau. Egoutte les et frotte entre tes doigts pour enlever les petites peaux (là, j’avoue, je n’ai pas compris la technique donc les petites peaux ont quand même fini dans ma préparation, même si séparées des graines). Mixe tous les ingrédients jusqu’à obtenir une pâte. (Avec la betterave crue, ça prend un peu de temps, et éventuellement l’ajout d’un liquide, eau, lait végétal)…

Humous aux 2 pois d’aprés Green-me-up: 100g de pois cassés, 250g de petits pois frais (avec la cosse ou 100g écossés), le jus de 2 citrons, 2 càs de tahin semi-complet, 1 càc de cumin en poudre, 1/2 càc de paprika, 1/2 càc de gomasio, 1 petite gousse d’ail, 2 càs d’huile d’olive. Fais tremper les pois cassés une nuit, puis fais les cuire 30 minutes dans l’eau bouillante. Egoute les (bien, bien, il ne faut pas qu’il reste d’eau). Puis dans un mixer ou un blender, mixe l’ensemble des ingrédients – oui, oui, les petits pois restent crus. J’ai eu un gros problème de consistance, donc je n’ai pas ajouté l’huile…(et je n’avais pas toutes les épices donc c’était un peu fade…mais les grimpeurs en ont repris plusieurs fois quand même!)

Voilà, cet article doit être en brouillon depuis 1 mois environ….toc, c’est fait.

Pommes dauphines et autres petits plaisirs

Tout ça est parti d’un vieux livre de cuisine et d’un souvenir d’enfant boulottant des pommes dauphines avec ma petite mamie dans les rues de la Croix-Rousse. Un peu déçue par celles du commerce et aussi grâce à un petit défi, j’ai décidé de me lancer.

Après quelques recherches sur le net, je me suis arrêtée sur cette recette http://auralyncuisine.canalblog.com/archives/2007/12/17/7271083.html

Pour 2 douzaines de Pommes Dauphines :
– 500 g de pommes de terre
– 500 g de pate a choux (voir ingredients ci-dessous:)
– 1/4 litre d’eau
– 100 g de beurre
– 1 bonne pincee de sel
– 200 g de farine
– 4 gros oeufs
– de l’huile pour la friture (j’en ai utilise un peu plus d’ 1/2 litre)

 Préparation :
1- Preparer la pate a choux (pendant que les pommes de terre cuisent), ma toute première toute seule! : Verser l’eau, le beurre et le sel dans une casserole et laisser fondre le beurre jusqu’a obtenir une ebullition. retirer du feu immediatement, verser la farine d’un seul coup et bien melanger. A l’aide d’une grosse cuillere en bois, ajouter les oeufs 1 par 1 – chaque oeuf doit etre parfaitement incorpore avant d’ajouter le suivant.2- Ecraser parfaitement les pommes de terre cuites a l’aide d’un presse-puree. Mesurer 500g de cette puree, et les melanger a 500g de pate a choux. Bien incorporer les deux préparations.

J’ai tenté deux types de cuisson : au four et à la friture.

Option 1 (que j’ai raté) : faire chauffer l’huile sur feu moyen. A l’aide de deux petites cuilleres, former de petites balles de pates d’aspect assez regulier (les angles s’adoucissent dans l’huile), et les plonger une par une dans la friture. On peut en faire cuire 6 ou 7 a la fois, pendant environ 10 minutes. Poser les pommes Dauphines sur une assiette recouverte de papier absorbant.

Option 2 : les cuire au four à 180°C, je n’ai absolument pas regarder le temps, je les ai sorties lorsqu’elles commençaient à prendre une jolie couleur doré (cf. Photo)

Ayant comme d’habitude un planning un brin dense, je les ai faites avant et je les ai réchauffées 10 min à 180°C juste avant de servir.

Bon conclusion, je ne suis pas douée pour la friture, mais je pense que si vous maîtrisez ça doit être vraiment bien! Et finalement au four, pas mal du tout, forcement un brin plus sèche. Bon pour les miennes, je crois qu’il y avait un brin trop de pâte à choux mais au final, elles sont toutes parties!

A la friture                                                            Au four

IMG_7424

IMG_7421

 

Bien évidemment, ces petites douceurs ont été dégustées sur ma terrasse où je suis très fière de mes petites plantations. Ca pousse, ça pousse et j’adore ça.
IMG_7415 IMG_7414

IMG_7379


En parlant de ça pousse, j’ai eu le plaisir d’avoir entre les mains une jolie bd d’Etienne Davodeau qui relate la vie de plusieurs personnes dont trois agriculteurs bio qui font face à la mise en place d’une nouvelle autoroute. C’est saisissant…
IMG_7428
J’avais prévenu, pleins de petits plaisirs….

Une grosse envie d’azukis…

m’a prise…envie d’un fondant, et d’une chose crémeuse pour les besoins de sucre et de réconfort, mais pas trop sucré quand même…alors tant qu’à faire cuire des azukis des heures, autant grouper les envies pour faire du Tsuban et une pâte à tartiner azukis/chocolat. Et puis, il y a quelqu’un à qui cela a beaucoup plu…alors voici les recettes:

Le Tsuban (d’après Cuisine Libre): 150 g d’azukis, 150 g de sucre. Tu fais cuire 20 minutes les azukis dans l’eau bouillante. Tu jettes l’eau pour enlever l’amertume, et les remet à cuire…jusqu’à ce qu’ils s’écrasent entre les doigts ce qui peut durer assez longtemps 1 ou 2 heures par exemple (et tu fais attention en tentant d’écraser entre tes doigts que ça ne soit pas bouillant!! hum). Ensuite, tu mixes, tu rajoutes le sucre et refais cuire 5 minutes, tu mets en pot. Si la consistance parait trop liquide, tu peux faire cuire plus longtemps (sachant qu’il va se solidifier en refroidissant)….

Ce Tsuban devait à l’origine être transformé en fameux moelleux, mais, après une commande spéciale, il a terminé au milieu d’une pâte sablée pour un Azu-Prince (parfait pour un dimanche matin gourmand ou pour le gouter). Recette de la pâte sablée (issue des petites tartelettes de Garance): 175g de farine de petit épeautre, 25g d’amandes en poudre, 100g de beurre, 30 g de sucre, 15 mL d’eau glacée, 15 mL de citron que je n’ai pas mis. Tu mélanges tout ça…tu étales les 2/3 de cette pâte dans un petit moule parfait pour 2 (huilé, le moule), tu mets une bonne couche épaisse de tsuban (la moitié de la quantité précédente à peu prés), tu étales le tiers restant de la pâte par dessus, et tu fais cuire 25 minutes environ à 200°C…

Retour à l’étape cuisson des azukis pour la Pâte à tartiner azuki/chocolat (d’aprés Green-me-up): 100g de haricots secs, 100g de dattes, 90g de noisettes, 100mL de lait d’avoine. Tu fais cuire les azukis comme on a dit (sans ajouter le sucre du Tsuban 😉 ), pendant ce temps, tu peux faire tremper les dattes dans le lait, et tu mixes les noisettes bien fin. Quand les azukis sont cuits, tu mets tout ça dans ton Kenw… et tu mixes bien, bien, un petit moment pour avoir une pâte bien crémeuse, au besoin, tu peux ajouter un peu de lait….ça fait 1 pot et demi de confiture à conserver au frais une semaine…

Et puis, je ne te fais pas l’article mais les azukis sont des légumineuses, sources de protéines végétales particulièrement intéressantes. Si on mange ces pâtes à tartiner sur une bonne tartine de pain au levain (ou galette de riz, même si c’est moins bon, je le concède) le complément de céréales améliore et complète l’assimilation de ces précieux acides-aminés….autant dire, c’est que du bon!

Pour se réchauffer…

Une petite liste de plats qui réchauffent : pour des retours de terrain par temps froid et pluvieux, des soirées entre cousines ou simplement pour partager un repas en bonne compagnie.

Curry de légumes et lentilles corail aux abricots (hum…sans abricots): issu de l’Atelier Bio –  1/2 poireau, 1 càs d’huile d’olive, 1càc de mélange « Panch Phoron », 2 pommes de terres moyennes, 4 carottes, 300g de patate douce, 6 abricots secs, 100g de lentilles corail, 300ml d’eau, 350 mL de lait de coco. Lave et émince finement le poireau. Dans un faitout, fais chauffer l’huile et les épices et fais-y revenir le poireau quelques minutes. Epluche les pommes de terre et coupe-les en morceaux, les carottes et la patate douce. Coupe les abricots en dès de 2cm. Rince les lentilles. Mets tous les légumes et les lentilles dans le faitout (avec les abricots). Mélange, ajoute l’eau et laisse cuire à feu doux à couvert environ 25 minutes. Ajoute le lait de coco, poursuis la cuisson 5 minutes. Sers avec du riz complet (si tu veux, mais c’est aussi bon sans rien).

Les désormais célèbres Saucisses fumées et azuki au vin rouge (sans vin rouge) du livre Cuisine-campagne de Lilo: 4 saucisses fumées, 300g d’azukis, 1 branche de thym, 1 feuille de laurier, 2 oignons, 250ml de vin rouge, 20g de beurre, sel, poivre. Epluche et émince l’oignon, Fais-le revenir dans une cocotte avec le beurre pendant 3 minutes. Ajoutes les azukis, les saucisses, le thym, le laurier. Recouvre d’eau et laisse cuire à couverte à feu doux pendant 30 minutes. Au bout de 30 minutes, pique les saucisses pour qu’elles dégagent le surplus de graisse, ajoute le vin rouge et poursuis la cuisson 5 minutes supplémentaires à la reprise de l’ébullition. Poivre et sale en fonction…

Dahl de lentilles corail: 250g de lentilles corail, 1/2 càc de cumin, 1 bâton de cannelle, 6 gousses de cardamoMe, 1 pointe de couteau de curcuma, 1 petite boite de tomate (sauce maison, c’est bien aussi), 1 oignon, 1 gousse d’ail, 10 cl de lait de coco, 1 citron vert (trés facultatif). Rince les lentilles corail. Mets les dans un faitout avec l’oignon et l’ail épluchés et hachés grossièrement, les tomates et les épices. Ajoute 50cL d’eau. Porte à ébullition et laisse cuire à couvert pendant 20 minutes, jusqu’à ce que les lentilles commencent  se défaire. Repêche la cannelle et les gousses de cardamoMe (ou pas d’ailleurs)…(là, normalement il faut mixer, mais je ne le fais pas et ça va trés bien comme çà). Ajoutes le lait de coco et un peu de jus de citron. Sers. (Et je pense que si tu sers ça sur du riz complet, ça fait un repas trés équilibré)..

 

Des gâteaux moelleux pour un anniversaire et une mise à l’eau…

Comme promis à celle qui a fêtéeune année de plus, voici la recette de son gâteau d’anniversaire: d’aprés le livre de Lilo Cuisine campagne (donc il y en a une autre zinecou qui s’évitera un recopiage)…je pense à peu près avoir suivi la recette (Et TOC!) sauf que j’ai fait un grand gâteau dans un moule à manquer pour faire plus fête.

Bouchons (ou grand gâteau) à la ricotta et aux framboises : 250g de ricotta (pas périmée, pas décongelée, pas moisie…c’est pas si évident à trouver); 3 oeufs, 200g de sucre, 150 g de farine (de riz pour moi), 1 cuillère à café de vanille liquide, le jus d’1/2 citron, 250 g de framboises, 1 noix de beurre pour le moule. Séparer les blancs des jaunes. Battre les blancs en neige bien ferme avec le jus de citron et une pincée de sel. Fouetter les jaunes avec le sucre jusqu’à ce qu’ils moussent. Ajouter la vanille, la ricotta: bien mélanger. Ajouter la farine, bien mélanger. Ajouter délicatement les oeufs en neige et mélanger pour avoir une préparation bien mousseuse. Beurrer le moule, verser la préparation et ajouter les framboises. Appuyer un peu pour les incorporer dans la préparation. Faire cuire à 190° 30 minutes environ (20 minutes environ selon Lilo pour des gros muffins)…Sortir du four, laisser refroidir 5 minutes puis démouler et laisser refroidir complètement sur une grille. Saupoudrer de sucre glace.

Et comme j’avais encore envie de petits gâteaux moelleux, j’ai fait des muffins sans gluten, sans du tout suivre la recette originale (revanche du Et TOC) qui ont été les bienvenus en fin de pique-nique pour fêter la mise à l’eau de l’Hermione.

Muffins aux yaourts citron-pavots sans yaourts, sans gluten et presque sans oeufs (parce qu’on en avait plus), et puis sans huile (parce que j’ai oublié) pour 12 gros muffins: 1 pot de faisselle de chèvre, 3 citrons(bio), 1 oeuf, 1 grosse banane, 1 pot de sucre blond, 3 pots de farine (de riz), 2 càc de bicarbonate de soude, 1 grosse càs de graines de pavots. Râper 2 citrons pour prélever les zestes, et presser les 3 citrons. Mixer la banane. Mélanger l’oeuf, le sucre, la banane jusqu’à ce que le mélange devienne mousseux (normalement blanc, mais avec la banane, c’est un peu compliqué). Ajouter la faisselle, la farine, le bicarbonate puis le zeste de citron et le jus et les graines de pavot. Passer les moules à muffins sous l’eau, ne pas les essuyer et verser la pâte dedans. Enfourner à 190°C 20 minutes environ. Laisser refroidir quelques minutes puis démouler et finir de refroidir sur une grille.

 

 

Plat hivernal pour une soirée printanière.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑