Recherche

Life si a crazy game…

Petit puzzle de nos mondes…

Catégorie

Lire

Ma petite bibliographie du mieux être…

Atelier d’écriture #1

Puisque le fait d’être en mouvement limite la participation aux activités. Puisque je n’ai pas encore trouvé d’atelier d’écriture auquel je pourrais participer facilement. J’ai décidé de prendre un peu plus de « risques » et d’utiliser cet espace comme outil de confrontation…d’y soumettre certaines lignes au jugement…dans l’attente donc de commentaires, suggestions d’amélioration, coupes franches, reformulations…arrêt total d’écriture 😉

____________________________________________________________________________

S’accorder enfin ce temps, ou s’astreindre à le prendre. Glisser dans cette bulle.

S’y abandonner. Céder à ses envies, les sens désorientés par ces lunes.

Laisser venir la quiétude au moment de les retrouver. S’abandonner à son rythme, sans juger.

Retrouver la paix.

Sentir, re-sentir la flamme s’allumer.

Se rallumer…où était-elle passée?

Vouloir s’y plonger, à petites gorgées.

Savourer, sans anticiper.

Ne pas gaspiller, mais espérer.

Compter.

S’arrêter.

Pour mieux prolonger…

Nourrir un loup…

Chose promise…

Conte du vieil indien et son petit fils:

Un vieil indien initiait son petit-fils à propos de la vie: « une lutte est en cours à l’intérieur de moi, disait’il à l’enfant. C’est une lutte terrible entre deux loups. – « L’un est plein d’envie, de colère, d’avarice, d’arrogance, de ressentiment, de mensonge, de supériorité, de fausse fierté. L’autre est bon, il est paisible et heureux, serein, humble, généreux, vrai, rempli de compassion. Cette lutte a aussi lieu en toi, mon enfant et en chaque personne. »

Le petit-fils réfléchit un instant et interrogea son grand-père: « Lequel de ces deux loups va gagner la lutte? »

Le vieil indien répondit simplement: « Celui que tu nourris ».

 

Pêche en eau profonde: Pénélope BAGIEU aide à sauver le monde

Crédit image: Pénélope BAGIEU.

Il y a un brouillon sur la pêche en eau profonde qui traine sur mon ordinateur depuis environ des lustres…Pénélope BAGIEU délivre le message de manière très efficace, je t’invite donc à lire sa bd ICI puis signer la pétition of course!

Et tu peux aussi te balader sur tout son site pour ricaner 😉

Projet…

Il s’agissait d’abord d’écrire un abécédaire, puis notre voisin de droite choisissait dans notre liste, le mot que nous allions dérouler. Elle a choisi Projet…la vie est blagueuse.

Projet.

Projet de vie. Mon projet. Le définir.

Elle dit « La vie, c’est comme une pizza »…mais je veux quoi, moi, sur ma pizza?

Des voyages, des découvertes, de la neige, du vent, lui, elles. 

Je veux ne plus avoir peur. Je veux qu’elles soient là, pouvoir les appeler et partager: rire, pleurer.

Je veux être en paix. Jouir des levants et des couchants.

Je veux vivre connectée, à la nature, à ma nature. 

Je veux habiter mon corps, le respecter, ne plus le malmener. Respecter sa biologie, sa logique de vie.

Je veux partir…où? Au contact des éléments. Lesquels? Ceux que j’aime: les forêts, la neige, le vent, je soleil.

Je veux VIVRE pleinement, à chaque instant.

Pommes dauphines et autres petits plaisirs

Tout ça est parti d’un vieux livre de cuisine et d’un souvenir d’enfant boulottant des pommes dauphines avec ma petite mamie dans les rues de la Croix-Rousse. Un peu déçue par celles du commerce et aussi grâce à un petit défi, j’ai décidé de me lancer.

Après quelques recherches sur le net, je me suis arrêtée sur cette recette http://auralyncuisine.canalblog.com/archives/2007/12/17/7271083.html

Pour 2 douzaines de Pommes Dauphines :
– 500 g de pommes de terre
– 500 g de pate a choux (voir ingredients ci-dessous:)
– 1/4 litre d’eau
– 100 g de beurre
– 1 bonne pincee de sel
– 200 g de farine
– 4 gros oeufs
– de l’huile pour la friture (j’en ai utilise un peu plus d’ 1/2 litre)

 Préparation :
1- Preparer la pate a choux (pendant que les pommes de terre cuisent), ma toute première toute seule! : Verser l’eau, le beurre et le sel dans une casserole et laisser fondre le beurre jusqu’a obtenir une ebullition. retirer du feu immediatement, verser la farine d’un seul coup et bien melanger. A l’aide d’une grosse cuillere en bois, ajouter les oeufs 1 par 1 – chaque oeuf doit etre parfaitement incorpore avant d’ajouter le suivant.2- Ecraser parfaitement les pommes de terre cuites a l’aide d’un presse-puree. Mesurer 500g de cette puree, et les melanger a 500g de pate a choux. Bien incorporer les deux préparations.

J’ai tenté deux types de cuisson : au four et à la friture.

Option 1 (que j’ai raté) : faire chauffer l’huile sur feu moyen. A l’aide de deux petites cuilleres, former de petites balles de pates d’aspect assez regulier (les angles s’adoucissent dans l’huile), et les plonger une par une dans la friture. On peut en faire cuire 6 ou 7 a la fois, pendant environ 10 minutes. Poser les pommes Dauphines sur une assiette recouverte de papier absorbant.

Option 2 : les cuire au four à 180°C, je n’ai absolument pas regarder le temps, je les ai sorties lorsqu’elles commençaient à prendre une jolie couleur doré (cf. Photo)

Ayant comme d’habitude un planning un brin dense, je les ai faites avant et je les ai réchauffées 10 min à 180°C juste avant de servir.

Bon conclusion, je ne suis pas douée pour la friture, mais je pense que si vous maîtrisez ça doit être vraiment bien! Et finalement au four, pas mal du tout, forcement un brin plus sèche. Bon pour les miennes, je crois qu’il y avait un brin trop de pâte à choux mais au final, elles sont toutes parties!

A la friture                                                            Au four

IMG_7424

IMG_7421

 

Bien évidemment, ces petites douceurs ont été dégustées sur ma terrasse où je suis très fière de mes petites plantations. Ca pousse, ça pousse et j’adore ça.
IMG_7415 IMG_7414

IMG_7379


En parlant de ça pousse, j’ai eu le plaisir d’avoir entre les mains une jolie bd d’Etienne Davodeau qui relate la vie de plusieurs personnes dont trois agriculteurs bio qui font face à la mise en place d’une nouvelle autoroute. C’est saisissant…
IMG_7428
J’avais prévenu, pleins de petits plaisirs….

L’amour en bleu…

Une nouvelle médiathèque, permet de nouvelles découvertes. Un jour de lâcher prise, j’ai rencontré « Le bleu est une couleur chaude ». Un chocolat chaud dans un rayon de soleil a accompagné en douceur cette lecture…impossible de lâcher cet album, si ce n’est pour faire durer le plaisir…un pur moment de beauté, de poésie, d’émotion…

Touchée profondément, cette histoire raisonne. La puissance de ce qu’elle exprime est universel…il n’est point histoire de sexe, si ce n’est de passion et de partage charnel, nous sommes tous égaux: des êtres humains, des êtres vivants. L’amour est le même pour tous: inattendu quand il nous surprend, parfois violent par son évidence, il nous entraine un peu plus vers la lune et les nuages…

Il demeure pourtant impossible pour certain-ne-s….à l’heure des débats et autres manifestations actuelles… comment ne pas s’étonner que l’urgence ne soit pas, pour tous, ailleurs?

Dans toute ma mesure habituelle, j’ai eu aussitôt envie d’offrir cette BD à tous ceux que j’aime…je me contente de la partager ici, même si une en a profité par une autre journée ensoleillée. Allez dans vos médiathèques, dans vos librairies…offrez vous ce moment de poésie.

Et partagez ce que vous en pensez…

P1010750

Guides de voyage:

« L’oubli que nous serons » H. ABAD

Extrait: « Vivre seulement pour jouir de la vie est une légitime ambition animale. Mais pour l’être humain, pour l’Homo sapiens, c’est se contenter de fort peu. Pour nous distinguer des autres animaux, pour justifier notre passage sur terre, il faut ambitionner des buts supérieurs à la seule jouissance de la vie. Le choix des buts distingue les hommes entre eux. Et ici le plus important n’est pas d’atteindre ces buts, mais de lutter pour eux. Nous pouvons tous être protagonistes de l’histoire. En tant que cellules de ce grand corps universel humain, nous sommes néanmoins conscients que chacun d’entre nous peut faire quelque chose pour améliorer le monde où nous vivons et où vivront ceux sui nous suivront. Nous devons travailler pour le présent et pour l’avenir, et cela nous apportera bien pus de satisfaction que la simple jouissance des bien matériels. Savoir que nous contribuons à un monde meilleur doit être la plus haute des aspirations humaines ».

Je ne suis pas personnellement convaincu que nous soyons si différents des animaux, et que notre passage par ici ait un « but » différent du leur…mais la suite me parle. A lire de toute urgence, vous aurez compris: poétique, sensible, militant.

Vos conseils de lectures sont les bienvenus!

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑